que faire face aux infections virales bacteriennes

Boostez votre immunité avec la naturopathie

FacebookLinkedIn

Grâce à son système immunitaire, notre corps nous protège face aux vagues récurrentes d’épidémies infectieuses. Au-delà de sa capacité à se défendre contre des organismes externes, le système immunitaire agit aussi contre les organismes internes (cellules cancéreuses (1)) qui nous menacent. Rhumes, grippes, otites, sinusites et bien d’autres infections bactériennes et virales sont jugulées par une immunité vigoureuse. Pour une efficacité maximale, nous devons lui apporter des nutriments et la préserver en gérant le stress. Si l’immunité a une composante individuelle, nous pouvons tous l’améliorer par l’alimentation saine et d’autres approches naturelles.

Voyez comment renforcer votre système immunitaire naturellement avec la naturopathie.

Comment agit l’immunité ?

On distingue l’immunité innée et l’immunité acquise.

      L’immunité innée ou non spécifique agit rapidement et la réaction se déroule de façon identique quel que soit l’agression. La peau, les muqueuses qui tapissent les ouvertures du corps forment les premières barrières du corps. On estime que 80% de l’immunité se trouve dans les intestins. Ainsi, le microbiote fait obstacle à l’installation de bactéries pathogènes. De plus, les cellules immunitaires de l’intestin ‘’mangent‘’ les molécules externes ainsi que les agents pathogènes. Autre réponse immunitaire, la réaction inflammatoire (gonflement, douleur, chaleur, rougeur) se déclenche en réponse à une lésion. La fièvre peut apparaître durant la réaction inflammatoire et les infections pour inhiber la croissance de certains microorganismes dont les virus.

      L’immunité adaptive ou acquise s’ajuste précisément à l’envahisseur, prend plus de temps pour s’installer et possède une mémoire. Elle développe alors des anticorps suite à ce contact avec le virus, indépendamment des symptômes : ce processus s’appelle l’immunisation. Face à une 2ème exposition du même envahisseur, la rapidité de sa réponse empêche l’apparition des symptômes. Grâce à l’immunisation d’une majorité importante de la population, l’immunité collective arrête une épidémie.

Situations qui fragilisent le système immunitaire

      Plusieurs signes montrent un système immunitaire affaibli. Il existe une fatigue chronique sans raison apparente. La personne contracte des infections à répétition comme les infections ORL, les bronchites et les infections urinaires. Le temps de cicatrisation des plaies ou blessures est allongé. Une personne immunodéprimée se caractérise par la faiblesse de ses défenses immunitaires.

Certaines circonstances rendent vulnérable l’immunité à court terme :

  • stress aigu
  • épreuve sportive intense
  • décalage horaire
  • coup de soleil, blessure, brûlure
  • épidémies
  • hospitalisation, opération chirurgicale.

De même, différentes conditions persistantes fragilisent le système immunitaire d’une personne :

  • surmenage
  • insomnie chronique
  • stress répété ou continu
  • horaires décalés
  • tabagisme
  • excès d’alcool
  • déficit nutritionnel
  • mauvaise alimentation
  • exposition aux polluants.

Certaines personnes ont un système immunitaire affaibli :

  • personnes âgées
  • personnes en surpoids
  • diabète
  • maladies respiratoires
  • insuffisance hépatique et rénale
  • fibromyalgie
  • SIDA
  • dénutrition
  • immuno déficience génétique
  • immunosuppression par radiothérapie, chimiothérapie, médicaments.

Les nutriments qui soutiennent votre immunité

     Les carences en micronutriments affectent clairement le risque et la gravité des infections. Les plus nécessaires pour maintenir les défenses naturelles comprennent les vitamines A, C, D, E, B2, B6,B9 et B12, bêta-carotène, fer, cuivre, sélénium et zinc (2). Parmi ceux-ci, nous présenterons les plus essentiels : la vitamine C et la vitamine D, le zinc minéral particulièrement spécifique pour l’immunité. Quant à la glutamine et au glutathion, ils peuvent être synthétisés par le corps ou directement apportés par les aliments.

immunite vitamine c

Vitamine C

     Avant le 19ème siècle, les marins au long cours souffraient du scorbut. Terrible maladie, elle est due à une carence élevée en vitamine C que l’on trouve dans les fruits et légumes frais. Cette vitamine joue un rôle primordial dans la santé tant elle est impliquée dans de multiples fonctions. Elle soutient l’action de l’ensemble des barrières immunitaires (3). Lors des infections, les besoins s’accroissent. C’est aussi un antioxydant, c’est-à-dire qu’elle lutte contre le vieillissement. Associée à des polyphénols, substances présentes dans les fruits, elle amplifie son action. Ainsi, une supplémentation, sur une longue période, prévient la survenue de la cataracte. Soluble dans l’eau, notre organisme la stocke en petite quantité. Aussi un apport régulier et adéquat est nécessaire. En France, les nutritionnistes préconisent un apport de 110 mg par jour pour un adulte. Deux petits kiwis (75g chacun) dépassent cette norme.

Vitamine D

      Connue pour son action pour solidifier les os, la vitamine D intervient également dans très nombreuses fonctions du corps. Elle diminue la fonte musculaire et prévient l’hypertension artérielle. Dans certains cancers, on note son déficit. En cas de carence avérée, sa prise diminue des douleurs chroniques. Elle régule l’immunité, diminue le risque d’infections et de maladies auto-immunes (diabète de type 1, maladie de Crohn(4)). Etant liposoluble, elle se trouve dans les graisses, en particuliers dans les poissons gras. S’exposer au soleil, de manière fréquente et courte, sur une grande surface corporelle permet de la synthétiser au mieux. Afin de connaître ses réserves, une simple prise de sang suffit. Pour maintenir le taux idéal de 30 à 50ng/ml, une supplémentation est possible, particulièrement en hiver.

Zinc

      Minéral jouant un rôle dans 200 fonctions, le zinc accélère la cicatrisation et participe à l’immunité (5). Il se révèle efficace dans l’amélioration de l’acné et d’autres maladies de la peau. Des études ont montré que la supplémentation en zinc est bénéfique pour le pré-diabète. Dans la sphère de l’immunité, le zinc se comporte comme une molécule de signalisation. Il active parmi d’autres, les globules blancs (lymphocytes), des soldats de l’immunité qui luttent contre les agresseurs de notre corps. L’apport quotidien recommandé est de 15mg par jour. Ceux sont les huîtres qui contiennent le plus de zinc parmi les aliments d’origine animale. Les végétaux contiennent moins de zinc, notons tout de même la teneur intéressante des graines de courges. Le pain au levain, libéré d’éléments qui empêchent l’absorption des minéraux, apporte du zinc en petite quantité.

La glutamine

      La glutamine est acide aminé, c’est-à-dire une substance élémentaire qui se trouve dans les aliments à base de protéines végétales et animales. Actuellement, elle est régulièrement fournie comme composant de la supplémentation nutritionnelle clinique pour les patients pré et postopératoires, ainsi que pour de nombreux athlètes d’élite. Carburant du système immunitaire, sa faible concentration entraîne la baisse d’efficacité de l’organisme dans des conditions de vulnérabilité (6).

Le glutathion

      Le glutathion est une molécule anti-oxydante ; il protège des oxydants qui agressent notre corps, En particulier, les réactions de défenses produisent une quantité importante d’oxydants. D’autre part, le glutathion assure le fonctionnement optimal des lymphocytes. Certains aliments contiennent du glutathion, d’autres riches en soufre comme les légumes crucifères augmentent son taux dans le sang. L’asperge, l’avocat, les épinards, les haricots verts et le concombre apportent du glutathion ; les aliments végétaux comme les choux (brocoli), l’ail, les agrumes et le thé vert favorisent sa synthèse. Parmi les plantes, il manque encore des études sur l’homme. Cependant, sur les modèles animaux, le romarin, le curcuma et le chardon-marie améliorent les niveaux de glutathion(7).

alimentation naturopathe paris 11

Quels aliments manger ?

      Pilier de la naturopathie, une alimentation équilibrée apporte tous les micronutriments nécessaires au bon fonctionnement du corps. Une consommation suffisante en fruits et légumes constituent la base d’une nourriture favorisant l’immunité(8). Le cassis, le kiwi, le persil frais, la fraise et les agrumes sont les aliments les plus riches en vitamine C. La carotte, les épinards, la laitue et les salades, la ciboulette contiennent beaucoup de béta-carotène. Parmi ceux-ci, la couleur verte assure une grande quantité de vitamine B9. Tous ces aliments sont à manger crus pour préserver les vitamines.

      La levure de bière contient l’ensemble des vitamines B. Ajoutez également les graines germées, formidables sources de vitalité. L’huile d’olive et l’huile de germe de blé apportent de la vitamine E. Elles sont à compléter par les huiles de colza et de lin précieuses pour leur oméga 3. Quant à la vitamine D, choisissez les petits poissons gras, sardines et maquereaux, moins chargés en toxiques que les grands poissons, sans oublier la fameuse huile de foie de morue.

L’activité physique

      Autre pilier de la naturopathie, une activité physique régulière favorise l’immunité. Bouger en fonction de ses capacités individuelles, de la facilité d’accès, du plaisir ou du bien-être ressentis encourage la pérennité de cette activité. Activités d’endurances, sport collectif, jeu de raquettes, danse, marches dans la nature, sports en salle, pratiques orientales comme le yoga ou le taï chi, et bien d’autres activités physiques, à chacun de choisir celle qui lui plaît ! De plus, chez les personnes âgées, population avec une immunité plus faible, les études montrent l’amélioration des paramètres de l’immunité (9).

      Cependant, l’excès d’entrainement peut conduire à un stress oxydatif. Quand on dépasse ses capacités, le corps n’arrive plus à gérer le déficit énergétique et toutes les toxines produites par l’exercice physique. Or la chronicité de ce stress fragilise nos défenses naturelles. De plus, des sportifs en bonne santé, peuvent tomber malades dans les heures qui suivent la fin d’un effort intense. L’expression « phénomène de la fenêtre ouverte » illustre cet état de forte vulnérabilité ou une fenêtre ouverte laisserait pénétrer les microbes. Une alimentation riche en micro-nutriments, un équilibre entre exercice et repos restaurent nos fonctions immunitaires.

meditation naturopathe paris

Gestion des émotions et stress

       Dernier pilier de la naturopathie, la gestion des émotions et du stress permet d’ajuster notre attitude pour optimiser notre santé. Face à un changement de notre environnement, c’est-à-dire un stress aigu ou chronique, notre corps s’adapte pour lutter ou fuir. Cette réaction nécessaire mobilise de l’énergie, énergie qui manquera à notre système immunitaire si lui aussi doit intervenir. Aussi, la naturopathie dispose de différentes techniques pour gérer le stress. Ainsi la respiration ventrale, les techniques de relaxation, un bain tiède, des techniques de thérapies comportementales fondées sur l’apprentissage de nouveaux comportements, à partir de l’élaboration de pensées plus adéquates, des techniques psychocorporelles comme l’EFT (emotionnal freedom techniques) favorisent la diminution du stress. Egalement, des études montrent les effets positifs de la méditation pleine conscience sur l’immunité(10).

L’hygiène de vie

L’immunité nous protège aussi des toxines, produites par le corps, et des toxiques apportés par l’environnement. De fait, une alimentation bio, des produits cosmétiques et des produits ménagers avec des ingrédients les plus naturels possibles sont préférables. Un manque de sommeil diminue aussi la qualité de la réponse immunitaire.

L’exposition au soleil contribue à augmenter l’immunité. Attention, elle doit être progressive, modérée et adaptée à la sensibilité de la peau et en fonction de notre position géographique par rapport au soleil. Un coup de soleil ou une brûlure est néfaste pour la santé. Lors du retour du printemps, s’exposer très peu mais suffisamment pour que la peau bronze. Le bronzage protège alors la peau. 5 à 20 minutes d’exposition par jour, suivant votre type de peau et l’intensité des rayons du soleil, améliorent votre santé sans vieillir votre peau. Dès que la peau devient légèrement rouge, il est temps d’arrêter. Outre la synthèse de la vitamine D, les rayons UV augmentent la production de molécules anti-microbiennes(11).

      Autre pratique naturelle qui augmente l’immunité, les bains de forêts(12) constituent une activité très appréciée au Japon. Il s’agit d’une promenade en forêt pour se détendre et respirer les senteurs des arbres. Les huiles essentielles dégagées par les arbres constituent une aromathérapie naturelle. L’étude de ces composants montre l’augmentation de l’activation des cellules immunitaires en laboratoire.

immunite naturopathe paris

Quelles huiles essentielles ?

      Pour rappel, les huiles essentielles sont à manipuler avec précaution. Elles sont contre-indiquées chez la femme enceinte et le jeune enfant. Plus particulièrement, parmi les HE antimicrobiennes et antivirales, celles contenant des phénols (origan, sarriette, thym vulgaire, etc..) toxiques pour le foie, doivent être utilisées pendant une courte durée, de une à trois semaines.

      Extraites de plantes médicinales et aromatiques, les huiles essentielles possèdent des substances antimicrobiennes, antivirales, antifongiques et modulent le système immunitaire. Parmi les nombreuses possibilités, les HE de citron, de baies roses et niaouli peuvent être utilisées à titre préventif. Les HE de laurier noble, ravintsara et d’eucalyptus globuleux peuvent participer à un accompagnement naturopathique d’une infection. Les informations données ici ne remplacent pas un avis pharmaceutique ou médical.

Huile essentielle de citron (citrus limonum)

     L’HE de citron possède de très multiples propriétés. Elle facilite la digestion, fluidifie le sang, prévient les calculs biliaires et rénaux, et favorise l’immunité grâce au limonène (13). De couleur jaune, elle dégage une odeur fraîche et acidulée. Pour une cure de 10 jours, prendre 1 à 2 gouttes d’HE sur du miel ou dans une huile végétale en début de repas. En raison de ses propriétés photosensibilisantes, son utilisation est déconseillée avant toute exposition au soleil. Elle est à éviter en cas de prise d’anticoagulants.

Huile essentielle de baies roses (Schinus molle)

    Très polyvalente, l’HE de baies roses présente des propriétés tonifiantes pour les veines, anti-inflammatoires, antalgiques, antiseptiques, antibactériennes, antivirales, antifongiques et immunostimulantes (14). Elle peut être donc appliquée localement en cas de douleurs articulaires et musculaires, dentaires, en prévention des maladies hivernales, comme répulsif contre les insectes et parasites cutanées. Elle dégage un parfum légèrement poivré, boisé, chaud et épicé. Irritante pour la peau si elle est appliquée sans dilution, on ajoutera 8 gouttes d’huile végétale pour 2 gouttes d’HE. En désinfection de locaux, on utilisera 2 à 3 gouttes dans un diffuseur.

Huile essentielle de niaouli (Melaleuca quinquenervia)

     L’HE de niaouli excelle contre les infections respiratoires grâce à ses propriétés anti-infectieuses, expectorantes et immunostimulantes (15). Généraliste, hyperpuissante et sans contre-indications, elle présente une action générale tonifiante et énergisante en raisons ses nombreux principes actifs. Elle protège aussi la peau et le système veineux. Elle est caractérisée par une odeur puissante, et peut s’utiliser en diffusion, olfaction ou inhalation. En inhalation, mettez 5 gouttes dans un bol d’eau fumante et inhalez profondément les vapeurs chaudes durant 1 à 10 minutes. Vous pouvez également la diluer dans une huile végétale afin de masser la plante des pieds ou les poignets.

laurier immunite naturopathe paris

Huile essentielle de laurier noble (Laurus nobilis)

      Extrêmement polyvalente, l’HE de laurier noble a révélé une activité antivirale (16), antibactérienne et antifongique. Elle est obtenue grâce un arbuste imputrescible qui symbolise l’éternité car ces feuilles ne se flétrissent jamais. L’huile de baies de lauriers est un ingrédient du traditionnel savon d’Alep. L’HE permet de soulager les douleurs articulaires, elle procure des bienfaits respiratoires, digestifs et cutanés. Appliquez-la sur la peau au niveau de la plante des pieds ou des poignets. Grace à la densité du système veineux à ces endroits, l’HE se diffuse dans l’ensemble du corps et au niveau des poumons via le sang. Utilisez 5 gouttes d’HE à diluer dans 20 gouttes d’huile végétale 2 à 3 fois par jour.

Huile essentielle de ravintsara (Cinnamomum camphora)

      De la même famille botanique que le laurier, le ravintsara est ‘ l’arbre médecine ‘ de Madagascar, son nom local signifiant ‘feuilles bonnes à tout’. L’HE est particulièrement indiquée dans les infections respiratoires telles que les rhinites, rhinopharyngites, toux grasses. Elle exerce aussi une activité antivirale et soulage les douleurs musculaires et articulaires grâce à son activité anti-inflammatoire. A la fois régulatrice nerveuse et énergisante, elle vous soutiendra en cas de fatigue psychique ou physique. Vous pouvez l‘appliquer sur la peau, diluée avec de l’huile végétale. Ou bien, vous pouvez  mélanger l’ HE de ravintsara avec du miel à laisser fondre sur la langue ou en inhalation avec de l’eucalyptus globulus.

Huile essentielle d’eucalyptus globuleux

     HE spécifique des bronches et des poumons, l’HE d’eucalyptus globuleux favorise l’élimination des encombrements pulmonaires. Elle présente également des propriétés antibactériennes. Son odeur puissante peut devenir étouffante à trop forte dose. Sur la peau, elle peut causer des irritations si elle est utilisée pure. Présentant une toxicité globale faible, son usage devra être limité. En cas de maladies chroniques, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien. Sur la peau, utilisez 1 goutte d’HE pour 5 gouttes d’huile végétale, 3 fois par jour. Par voie respiratoire, combinez 1 à 2 gouttes de HE  avec 1 à 2 de HE de laurier noble dans l’inhalateur, 5 à 6 fois par jour.

immunité tisane

Réchauffez-vous avec des tisanes

     En hiver, période d’épidémies plus fréquentes, les tisanes permettent de bénéficier des propriétés anti infectieuses de certaines plantes. Le mélange thymgingembre est stimulant et réchauffant. Pour une tasse, prenez une cuillérée à café de feuilles de thym et un doigt de gingembre coupé finement. Pour réaliser une infusion, versez l’eau frémissante et laissez tremper les ingrédients 10 à 15 minutes. Pour varier, diminuez la quantité de thym et remplacez par 3 à 4 clous de girofle et un bâton de cannelle dans l’eau froide. Chauffez pour obtenir une ébullition légère et maintenir l’ébullition 10 minutes. Laissez infuser l’ensemble des plantes comme auparavant. Pour adoucir le mélange, ajoutez un peu de miel. Par ailleurs, intégrez ces épices dans vos plats pour leur niveau exceptionnel d’antioxydants.

     Nombreux et variés, les moyens pour renforcer son immunité naturelle demandent une implication personnelle. Plus ou moins rapides, des changements toucheront quelques domaines et ouvriront des horizons vers une santé durable. Si cet article vous a été utile, partagez-le !

« Point de santé si l’on ne se donne tous les jours suffisamment de mouvement. » Schopenhauer

Source : (1) Le système immunitaire joue un rôle important dans le contrôle de la croissance du cancer. -(2) Micronutriments et SI. -(3) Vitamine C et fonction immunitaire. -(4) Carence en vitamine D et maladie de Crohn. -(5) Rôles de la signalisation du zinc dans le SI. -(6) Pourquoi la L-glutamine est-il important pour le SI en matière de santé. -(7) Examen des nutriments alimentaires pour le soutien du glutathion. -(8) Effets de la consommation de fruits et légumes sur les cellules immunitaires. -(9) Effets de l’exercice aigu et chronique sur les paramètres immunologiques chez les personnes âgées. -(10) Méditation de pleine conscience et SI. -(11) Le rôle du rayonnement UV et de la vitamine D dans les résultats des maladies infectieuses. -(12) Effets des bains de forêts sur le SI. -(13) Le D-limonène module l’activité et la viabilité des lymphocytes T. -(14) Évaluation immunotoxicologique de l’HE de baies roses dans les lymphocytes et les macrophages. -(15) L’HE de niaouli potentialise l’immunité cellulaire. -(16) Activités antivirales in vitro des huiles essentielles.

Martine Gomichon – naturopathe holistique et géobiologue

Partagez !